N°121 / La coopération

On coopère quand on travaille relativement ensemble à faire une même chose et que l’on tient à la faire plutôt bien.
Quand on s’approche d’un peu près, on constate que cet ensemble est constitué de «disfonctions»,de désaccords, de discussions plus ou moins réparatrices et d’ajustements âprement négociés. Il arrive d’ailleurs que ces transactions pour arranger les choses, se fassent dans un silence lourd. On coopère quand on n’a pas trop peur, quand on a des espaces d’intelligence et des aires d’action suffisamment grandes pour accomplir du bon boulot.

Dans l’urgence et la nécessité il y a aussi de belles coopérations, mais elles sont rarement fécondes. Les situations où l’on ne fait que parer au plus pressé, tuent leur monde par épuisement partagé.