N°134: Habiter des espaces

Il faut un temps très variable pour qu’un enfant soit chez lui à la garderie. Pour certain·e·s, c’est assez difficile de se sentir chez soi quand, à l’évidence, on est, avec d’autres, chez tout le monde ou presque. Etrangement, il y a un moment où ça n’est plus une question, et le travail qu’il a fallu pour en arriver là s’obscurcit encore une fois.

« Mon pays natal, (…) la maison où je serais né, l’arbre que j’aurais vu grandir (…)… De tels lieux n’existent pas, et c’est parce qu’ils n’existent pas que l’espace devient question » (Georges Perec). Le travail éducatif c’est aussi de faire exister ces lieux.

L’espace, c’est encore là que s’exercent les rapports de domination. C’est toujours dans un certain espace que s’épanouit la violence symbolique. Raison de plus pour s’intéresser aux génies des lieux ; et c’est bien au-delà de la couleur des murs ou de la hauteur du mobilier.

Parution prévue : janvier 2021