CHOIX D’ARTICLE

N°123/Mystère transactionnel et boule de gomme sociale

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

 On y marchande, mais ce n’est pas un marché, il n’y a ni marchandise, ni marchand. On y troque une barbe à papa contre un sucre d’orge, mais ce n’est pas un souk. La transaction sociale, c’est quand la vitalité de la récré s’invite au milieu de la littérature classique. Lire la suite…

N°123/Usages et mésusages

Dossier

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

Petite transaction sociale à usage régulier

Sybille vient d’avoir une année. Elle aime manger et souvent elle est impatiente. Elle a son petit caractère comme on dit parfois entre nous. L’assiette devant les yeux, elle ne peut attendre le temps de la bavette, alors on la lui met un petit peu avant. L’assiette devant les yeux, elle pousse aussi de petits cris et l’assiette devant les mains, elle les plonge à l’intérieur. Les mains c’est bien avec le pain, les mains c’est pratique avec les frites, les mains c’est adéquat avec la pizza, les mains ça ne va pas trop avec le sirop… Lire la suite…

N°123/Les transactions sociales, un autre regard sur la socialisation

Dossier

Par Michelle Fracheboud, adjointe pédagogique à Lausanne

« Les savoirs de la vie quotidienne qui servent à se mouvoir au sein des relations ne sont pas des erreurs à rectifier, des préjugés indignes, ils sont adéquats à l’action, ils l’accompagnent, il convient de les recueillir et de les comprendre. »

(Foucart, p. 75)

J’aimerais débuter ce texte par les paroles d’une stagiaire, qui, lors de son bilan final, a prononcé, en substance, les paroles suivantes : « Au début de mon stage, j’avais de la peine à agir lorsque des enfants étaient en conflit ou lorsqu’il fallait leur rappeler une règle. En effet, j’avais la crainte que les enfants ne m’aiment plus. Mais ensuite, j’ai compris que ce dont les enfants ont besoin, ce n’est pas d’une éducatrice qu’ils pourraient aimer, c’est d’une personne sur qui ils peuvent compter. Y compris lorsqu’il s’agit d’arrêter un comportement, de poser une limite. » Lire la suite…

N°123/Et si on jouait à la transaction sociale ?

Dossier

Par Cécile Borel, éducatrice à Vernier

Vous avez sûrement déjà écouté un enfant ou un groupe d’enfants, qui jouent avec la sonorité d’un mot, ou avec son sens, ou encore, en fonction de leur âge, avec les deux. Par ces jeux, l’enfant explore toutes les dimensions du langage : sensorielle (son, vibration), symbolique (signification du mot), syntaxique et grammaticale (en l’assemblant à d’autres mots) et même créatrice (en inventant un mot, en changeant son sens, en l’associant à d’autres). L’enfant joue avec le langage et ses limites pour mieux se l’approprier. Des jeux assez jouissifs qui les font rire, surtout si les mots sont teintés d’interdit et dérangent les adultes. Je n’en dirai pas plus, je sais que vous les entendez déjà. Lire la suite…

N°123/Transactions sociales 1 – Une activité pédago-éducative sans enfants

Dossier

Il y a des mots comme ça, on les confond souvent avec d’autres. Ainsi en va-t-il de « transactions sociales », que l’on assimile parfois à « interactions sociales », ou à « relations sociales ». Pour faire court, disons que la relation est le lieu de départ de l’interaction (sans relation pas d’interaction), et que l’interaction est le lieu de départ de la transaction (sans interaction pas de transaction). Ces concepts ne sont donc pas totalement étrangers les uns aux autres, puisqu’ils s’emboîtent. Ils ne parlent cependant pas du même volume, ni du même moment des choses. Lire la suite…

N°123/Transactions sociales 2 – Le secret des choses

Dossier

Il y a des mots comme ça, ils nous renvoient à des souvenirs de jeune fille rangée, et ainsi en va-t-il de « transactions sociales ». Car « pour entrer dans le secret des choses, il faut d’abord se donner à elles »[1] – et la notion de transactions sociales peut être comprise dans ces quelques mots des Mémoires de Simone de Beauvoir. Lire la suite…

N°123/Transactions sociales 3 – Les règles et la loi

Dossier

Il y a des mots comme ça, ils nous renvoient aux règles, qui elles ramènent à la loi, qui se fonde sur des valeurs. Ainsi en va-t-il de « transactions sociales ». Cette notion indique en effet la mise en œuvre de « négociations »[1] (pouvant être à peine perceptibles), et donc l’existence de conflits (pouvant être peu manifestes), qui réclament une création ou un ajustement de règles, afin de vivre ensemble plus favorablement et conformément à une loi principielle[2]. Lire la suite…

N°123/Voie lactée L’allaitement par monts et par vaux

Faire & Penser

Par Michelle Fracheboud, Assistante pédagogique à Lausanne

L’allaitement a aujourd’hui « la cote » : il est promu par l’OMS jusqu’à l’âge de six mois au moins, on ne compte plus les blogs qui racontent des histoires de mères épanouies par l’allaitement de leur enfant. Cet engouement va jusqu’au point qu’on trouve sur la Toile des recettes de desserts et de petits plats « au lait maternel ». Lire la suite…

N°123/Quand les parents deviennent parents d’élèves

Chercher & Travailler

…Si la norme scolaire se cache entre les lignes, qui se retrouve en marge ?

Par Loyse Ballif, Hep Fribourg et Tania Ogay, Uni Fribourg

Une école enfantine, le préau au jour de rentrée scolaire, fin août. Des enfants arrivent accompagnés d’un père ou d’une mère, sac à dos tout neuf, baskets et/ou couettes impec’. Certains parents se reconnaissent, se font signe, se parlent dans leur langue. D’autres se tiennent un peu sur le côté, leur enfant à la main. Enfants ou adultes, les visages affichent des sourires où perce l’émotion. On attend que ce soit l’heure, on attend que les enseignantes ouvrent les portes. Lire la suite…

N°122 / Du sang et des larmes, pour ne pas parler du reste…

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

Tout le monde le sait, les mecs sont en titane et les gonzesses sont en guimauve. Ce sont les conneries structurantes que l’on déblatère depuis la nuit des temps. Et pourtant, depuis bien avant l’invention du langage, du titane et de la guimauve, l’on sait parfaitement que c’est faux. L’article qui partirait d’un point de vue queer pour décrire les pratiques sociales des émotions reste à écrire. Lire la suite…

N°122 / De la place qu’on leur fait à la place qu’elles prennent

Dossier

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

 Les émotions sont au cœur de vieux débats, ne serait-ce que celui de cette éternelle controverse entre passion et raison. La valeur de la seconde semble être acquise ; maîtriser ses affects a, à plusieurs époques différentes, été de mise pour des raisons distinctes. Mais, l’authenticité décrétée (à tort ou à raison) de la première lui donne une valeur tout aussi importante[1]. Elles ont été « prise de tête » entre psychologues, sociologues, historiens, anthropologues, éthologues, pédagogues, etc. Elles ont été « sac de nœuds » impossible à départager entre cognition, conscience, sentiment, affectivité, affects.

Les émotions sont-elles des aides ou des entraves pour comprendre ? Pour apprendre ? Pour connaître ? Lire la suite…

N°122 / Les dimensions (in)visibles du travail du care

Dossier

Angelo Soares, UQAM, Montréal

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté,

et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. »

Albert Einstein

Introduction

Le travail du care comporte une grande hétérogénéité des tâches : prendre soin d’un nouveau-né, éduquer des enfants, prendre soin des personnes âgées, suivre une personne handicapée sont des exemples concrets de ce genre de travail qui est enraciné dans la sphère familiale. De cet enracinement, il apportera aussi bien son « invisibilité » que ses « standards » de qualité et de reconnaissance : le bon travail serait celui qui est fait comme si on le faisait pour un membre de la famille. Lire la suite…

N°122 / Le tour des émotions en 24 heures

Dossier

Par Cécile Borel, éducatrice à Vernier 

6h10

TON réveil sonne pour la quatrième fois, le mien est réglé sur 7h00. J’ai envie de te tuer, d’autant que je sens bien que, si moi j’ai mal dormi, si j’ai passé ma nuit à me réveiller au moindre bruit, toi tu dors très bien et tu es prête à repousser ton réveil encore trois ou quatre fois… la prochaine sonnerie va réveiller le petit et JE devrai me lever. Ce matin, je te déteste même si je t’aime.

6h20

 Ça y est, le petit est réveillé. Il me sourit derrière sa sucette et je ne peux pas le détester, alors je me déteste moi, mes yeux qui me piquent, les cernes qui sont dessinées dessous et mon envie de me coucher par terre pour pleurer et dormir (enfin !). Lire la suite…

N°122 / Emotions et incertitudes

Dossier

Devant Le dernier voyage, d’Irène Cohen-Janca et Maurizio A. C. Quarello, Ed. des Eléphants, Paris, 2015.

Par Claudia Mühlebach, directrice à Rolle

En passant devant les rayons de livres intitulés « Albums pour enfant », mon regard reste accroché à un ouvrage, plutôt épais, sombre. Je lis : Le dernier voyage, le docteur Korczak et ses enfants. Korczak que je connais bien à travers mes études d’éducatrice, mes lectures et la journée de formation organisée à Genève au nom des droits des enfants[1].

Intriguée, je le saisis. Pour le genre « Album pour enfants », je le trouve sobre et épais. L’auteure, Irène Cohen-Janca et l’illustrateur Maurizio A. C. Quarello sont nommés en haut de la couverture. En bas, trois têtes d’éléphants pour l’éditeur. Je ne connais ni l’auteure, ni l’illustrateur qui, après quelques recherches sur internet, bien plus tard, s’avèrent être passablement connus. Lire la suite…

N°122 / La complexité dans le métier d’éducateur/trice de l’enfance…

Faire & Penser

Par Benoît Holdener, éducateur de la petite enfance ESTS et formateur d’adultes

Cette réflexion s’efforcera de montrer en quoi le métier d’éducateur/trice de l’enfance (ci-après EDE) a tout à gagner à adopter la pensée de la complexité dans son exercice et tentera, dans un second article à venir, de dégager des pistes pour former au mieux les futur×e×s EDE à cette façon d’appréhender le quotidien. Car il n’est plus à démontrer que le monde, les familles et l’enfant baignent tous dans cette réalité, à l’image du cerveau humain, avec ses connexions synaptiques qu’il est possible d’accroître pour plus d’efficacité, montrant ainsi le chemin à emprunter ou le but à viser : créer et entretenir le maximum de liens avec toute réalité autre, pour en saisir le maximum d’aspects, afin de s’y accorder au mieux. Lire la suite…

N°122 / Ces livres qui nous trouvent par hasard

Dire & Lire

En lisant Ce n’est pas toi que j’attendais, Fabien Toulmé, Ed. Belcourt (2014)

Par Michelle Fracheboud, Assistante pédagogique à Lausanne

Deux mots sur l’objet d’abord : il s’agit d’une BD, mais au format d’un livre. Elle n’est pas sans rappeler le fameux Persepolis de Marjane Satrapi[1] et c’est peut-être bien ce qui m’a poussée à m’arrêter dans les rayons d’une librairie. Les dessins sont simples, avec un choix de couleurs sobres, chaque chapitre étant coloré par un dégradé d’une même teinte. Lire la suite…

N°121 / Travailler avec, travailler pour et travailler contre…

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

On dit facilement « faire équipe » en hochant la tête de satisfaction, tant la chose a l’air d’une évidence. Mais cet assentiment universel se garde bien d’aborder comment les équipes se défont, et elles se défont souvent, parfois lentement et parfois brutalement. Il apparaît assez rapidement que la coopération ne peut être le résultat d’une injonction, « coopérez, les enfants » est du même degré de bêtise que l’éternellement vide « aimez-vous les uns les autres ». L’amour n’est pas un ingrédient majeur de la coopération, on peut bien travailler avec des gens que l’on n’aime pas beaucoup ; l’amitié non plus, je connais des gens qui coopèrent bien et qui s’évitent en dehors du boulot. Lire la suite…

N°121 / Je, tu, elle, nous coopérons…

Dossier

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

Les directions encouragent et prescrivent la collaboration, voire la coopération.
Dejours (1995) [1] différencie la coordination de la coopération.
Dans ce numéro, La Rémige postule que la coopération est incontournable, Tapparel affirme que chaque EDE devrait posséder les capacités de coopérer. D’autres cherchent à mettre en avant les conditions de la coopération. Lire la suite…

N°121 / Quid de la coopération intellectuelle dans les institutions de la petite enfance ?

Dossier

Sophie Tapparel, éducatrice de la petite enfance et docteure en psychologie

Le travail en équipe est constitutif du travail éducatif dans le milieu de la petite enfance. Il est notamment attendu des éducateurs/trices de l’enfance (EDE, ci-après) qu’ils/elles soient capables « de travailler en équipe », « d’entretenir un bon état d’esprit d’équipe », « de travailler en équipe pédagogique de manière réflexive avec les collègues »[1]… autrement dit, de coopérer. Lire la suite…

N°121 / Coopération au service de la construction d’une qualité d’accueil

Dossier

Par Florence Pirard, Université de Liège[1]

Les débats sur la qualité des lieux d’éducation et d’accueil des jeunes enfants (EAJE) font l’objet de nombreuses publications. S’il n’y a pas de consensus sur ce que recouvre précisément cette notion polysémique, certaines orientations sont mises en avant par différentes instances internationales, comme l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE, 2001, 2006, 2012, 2015) et l’Union européenne (2015). Lire la suite…

N°121 / Accords et désaccords en crèche, une partition à jouer quotidiennement

Dossier

Par Virginie Sadock, psychologue du travail

De quelle manière, au quotidien, les professionnelles composent-elles entre elles dans une crèche ? Comment s’accordent-elles pour accueillir un groupe d’enfants en bas âge ? Quel est le degré de difficulté et de complexité de cet accordage ?  Quand et comment se règlent les désaccords dans l’équipe ? En présence des enfants ? En leur absence ?  En silence ? Lire la suite…

N°121 / Notes autour de la lecture du Yéti

Chercher & Travailler

(2015), Thaï-Marc Le Than et Rebecca Dautremer, Vanves, Gautier-Languerau

Par Michelle Fracheboud, assistante pédagogique à Lausanne.

Ma fille cadette a la chance de compter parmi ses proches un amateur de bandes dessinées qui lui offre souvent des BD ou des albums avec des illustrations de qualité. Récemment, elle a reçu un ouvrage grand format : Yéti. Il faut tout d’abord dire que le Yéti est un personnage particulier pour elle : il a été plusieurs années durant son ami imaginaire. Il vivait aux Diablerets, dans la montagne, un endroit où nous nous rendons souvent et venait nous y retrouver. Lire la suite…

N°121 / Une généalogie en héritage : notre ancêtre la Berceuse

Dire & Lire

Par Catherine Bouve, historienne

Le projet des crèches émerge au XIXe siècle, sous l’impulsion du philanthrope Firmin Marbeau (1798-1875), homme de droit et homme politique, appartenant au mouvement du catholicisme social. La berceuse, recrutée pour s’y occuper des enfants, n’est pas encore une professionnelle – qualificatif ici anachronique. Mais qui est-elle, quelle place prend-elle dans ce projet à large spectre – sa vocation n’est pas moins qu’universelle – que représente la création de la première crèche, la crèche de Chaillot, le 14 novembre 1844, à Paris ? Lire la suite…

N°120 / L’éducation est un travail d’artisan

Editorial

Par Michelle Fracheboud, assistante pédagogique

La première image qui me vient à l’esprit lorsque je lis le mot « documenter », est un souvenir de mon enfance : le centre de documentation. Dans l’école que je fréquentais alors se trouvait un endroit un peu poussiéreux, avec de hautes étagères remplies de livres, boîtes d’archives, diapositives et autres documents. Ça sentait l’encre, le papier et un peu le renfermé. J’aimais cet endroit. Mes cours préférés étaient ceux où nous devions préparer des présentations qui nécessitaient justement d’aller se documenter. Soudain, j’étais éveillée, le monde s’ouvrait à moi. Il fallait essayer de comprendre, du latin « prendre avec », mettre ensemble, saisir par l’esprit. Lire la suite…

N°120 / Documenter sa pratique éducative : pour quoi faire ?

Dossier

Une analyse de la pratique de la documentation à Reggio Emilia

Emilie Dubois, Laboratoire CIVIIC, Université de Rouen

La ville de Reggio Emilia (dans la région italienne d’Emilie Romagne) connaît depuis 1991, avec la publication d’un classement des institutions de la prime enfance dans lequel elle figure par le magazine américain Newsweek, un certain succès sur la scène internationale de l’éducation préscolaire. Ses crèches et ses écoles maternelles municipales sont depuis sous le feu des projecteurs et attirent chercheurs et éducateurs du monde entier à des séminaires de travail proposés par Reggio Children, société créée en 1994 pour, entre autres, soutenir le dialogue entre la ville et ses structures d’accueil de la petite enfance municipale et l’étranger. Lire la suite…

N°120 / Quand la plume fait s’envoler le voile du quotidien

Dossier

Par Tania Ciocco Rauss, Sandrine Otz, Janick Hauser, Liliana Rodrigues et Céline Nunes Delion, éducatrices à Rolle.

Penser pour écrire… écrire pour penser. L’écriture est nécessaire pour faire mémoire, transmettre, s’adresser à, faire projet… Ecrire est « une manière, un art de s’exprimer »[1]. L’écrit peut ainsi prendre diverses formes, mais il fait toujours mémoire et vient porter témoignage de notre pratique professionnelle. « L’écriture constitue (avec la lecture) un moyen de correspondre dans l’espace et dans le temps. »[2] Comme une garante de la pensée personnelle au service de la pratique professionnelle. Certes, sans écriture, nous pensons déjà nos actions, souvent par d’autres moyens, mais la production écrite fait repenser l’action. « L’écriture s’avère être un élément essentiel non seulement dans la transmission d’une connaissance, mais aussi dans sa construction. »[3] Elle provoque donc une pensée plus claire, plus élaborée et plus riche. Lire la suite…

N°120 / La documentation pédagogique : photographie d’une absence

Dossier

Par Michelle Fracheboud, assistante pédagogique à Lausanne

 

Lorsque le comité de rédaction a fait le choix de réaliser un numéro sur le thème « documenter sa pratique », j’étais emballée. En effet, un voyage d’études à Pistoia et un certain nombre de lectures m’ont permis ces dernières années de découvrir la pratique de la « documentation pédagogique » initiée par les Italiens de Reggio Emilia. Néanmoins, je me suis retrouvée en difficulté : en effet, il faut le reconnaître, il s’agit d’écrire sur quelque chose qui n’existe pas ou pas encore dans notre contrée, sauf à l’état de bribes, d’ébauches, de traces mais jamais rien d’abouti. C’est pourquoi je vais essayer ici de me demander qu’est-ce que documenter, qu’est-ce que les fragments existants nous apprennent et pourquoi ils ne parviennent pas à se développer. J’aimerais tenter de comprendre ce qui se joue sans excuser, mais plutôt pour espérer que cela permette d’ouvrir des possibles, d’esquisser des lignes et des chemins. Lire la suite…

N°120 / Apprendre à travers la participation à une recherche

Dossier

Par Marianne Zogmal, adjointe pédagogique à Genève

Dans le cadre d’une recherche de type compréhensive (voir Filliettaz, 2012 ; Zogmal, Trébert & Filliettaz, 2013), les observations effectuées dans les institutions de la petite enfance n’ont pas de visée formative. La recherche menée ne vise pas à trouver des réponses applicables ni à intervenir sur le fonctionnement institutionnel, mais à mieux comprendre en quoi consistent les compétences professionnelles dans le champ de l’éducation de l’enfance. Les éducatrices participent ainsi sans pouvoir attendre une contrepartie pour leur contribution à la recherche. Est-il possible, malgré tout, de trouver des effets formatifs à une participation à une recherche ? Pour avoir une réponse, ce texte se propose d’aborder les effets potentiels d’une telle démarche, avant de présenter une analyse de quelques éléments issus des données recueillies dans le cadre de la recherche menée. Lire la suite…

N°120 / Les verbes du nouveau groupe : faire, penser et dire

Dossier

Par Cécile Borel, éducatrice à Vernier

L’idée de la documentation n’est pas nouvelle, on cherche à laisser une trace, à garder et à partager les savoirs, les idées, les réflexions, les innovations tout en élaborant des savoirs nouveaux. Elle préoccupe la petite enfance depuis une trentaine d’années. Lire la suite…

N°120 / Etre stagiaire, une expérience vécue de l’intérieur

Réagir & Ecrire

Par Anne Boerlin-Zurkinden, éducatrice de l’enfance et formatrice à la pratique professionnelle ES

« Ce qui ne me tue pas, me rend plus fort » Nietzsche

C’est en parcourant les différents articles du dernier numéro de la Revue [petite] enfance sur le thème « Les stagiaires, des exploitables ou des éducables ? » qu’en moi, a refait surface mes différentes expériences vécues lors de cette période d’apprentissage pas si lointaine.

Je ne vais pas m’apitoyer sur mon sort, mais je souhaite partager avec vous deux exemples qui, somme toutes, pourront peut-être résonner avec certaines de vos expériences ou des situations vécues par d’autres dont vous avez entendu parler.

Il y a le premier qui pourrait s’intituler : La vieille stagiaire.

Et le second : La stagiaire prise dans une relation perverse. Lire la suite…

N°120 / Notes de lectures parsemées… de pensées subjectives

Dire & Lire

Par Claudia Mühlebach, directrice à Rolle

Ecrire l’expérience : Vers la reconnaissance des pratiques professionnelles, de Mireille Cifali et Alain André, Paris, PUF, 2007.

Ce livre se trouve depuis plusieurs années dans ma bibliothèque, je l’avais lu… il y a longtemps, il persiste quelques souvenirs, plutôt vagues, je l’avoue. Lire la suite…

N°119 / Des exploités*[1], mais pas d’exploiteuses*

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

L’intitulé de ce numéro cherchait un peu la bagarre. L’exploitation des stagiaires, formulée comme une réalité, frise encore l’ « outrage à éducatrice »*, tant la vertu du milieu est posée comme incontestable, voire irréfragable. Et pourtant…

Un stage ce serait entre apprendre et bosser, mais il est bien difficile de repérer clairement ce qui relève de la production et ce qui tient de l’ « apprenance ». Personne ne conteste la nécessité de s’y coller pour de vrai pour comprendre de quoi le travail est fait, mais surgit alors une foule de situations où l’on apprend pour de faux, tant la nécessité et l’urgence d’accomplir sa tâche y est impérative. Lire la suite…

N°119 / Sois stage et tais-toi !

Dossier

Par SUD, étudiant×e×s et précaires, Lausanne

Dans le cadre d’une formation, le stage devient normal, il est (presque) généralisé. Il est, souvent, le passage obligé qui précède le « vrai » travail. Le mot recouvre surtout une série de situations plus ou moins similaires, plutôt de travail, plutôt pas payées. Nous aimerions inscrire ici le stage dans une logique structurelle et décrypter un bout de cette logique, parler de l’arnaque du « vrai » travail et de la réalité des faux stages. Lire la suite…

N°119 / Accompagner un stagiaire en éducation : une expérience dilemmatique

Dossier

Par Sylvie Mezzena, HETS//HES-SO Genève, et Vincent Châtelain, éducateur

Introduction

Dans la formation en alternance de la Haute école de travail social de Genève, le référentiel de compétences du praticien formateur (PF) définit sa mission d’accompagnement du stagiaire depuis des compétences sociales et relationnelles : « créer une relation pédagogique avec l’étudiant⋅e, développer des moyens et des attitudes qui permettent d’aider et d’accompagner l’étudiant⋅e dans son projet de formation pratique » ; et des compétences pédagogiques : « identifier et expérimenter les spécificités d’une pédagogie des adultes et de la relation pédagogique entre les personnes formatrices et les personnes formées ; développer les méthodologies et didactiques de la formation pratique : principes et formes, guidance, articulation et confrontation des situations d’apprentissage et de travail ; organiser des situations d’apprentissage et transmettre des savoirs variés » . Ces prescriptions s’ajoutent à celles du lieu de pratique. Lire la suite…

N°119 / Alice au Pays des stagiaires

Dossier

Par Cécile Borel, éducatrice à Vernier

« – Alice ! ça commence ! »
Alice se releva péniblement, elle avait bien failli s’endormir sur la table, la tête posée sur les bras. Mon Dieu ! Ce qu’elle était fatiguée, même l’attente de la répartition des places de stages, avait de la peine à la tenir éveillée.
« Voilà, pensa-t-elle, ce que c’est que de faire deux nuits blanches en un week-end, va falloir que je sois un peu plus raisonnable ces prochains mois ! Fini les grandes vacances, je suis à l’école d’éducatrices maintenant, un peu de sérieux ! » se sermonna-t- elle. Lire la suite…

N°119 / Ni exploitable, ni éducable, mais bien au contraire…

Dossier

Par Sabine Germann, éducatrice à Lausanne

De tout temps, dans tous métiers, la stagiaire ou l’apprentie, échange formation et ébauche de salaire contre travail (bras et heures). Si pour l’entreprise, les premiers temps sont à perte (argent, formation), très vite la stagiaire devient efficace et rembourse ce qu’on a investi en elle. Pour la stagiaire, durant tout le temps de son apprentissage, elle reste une « apprenante » : elle peut essayer, se tromper, recommencer, questionner, proposer, comprendre… Elle est éducable, l’institution essaie d’en faire une bonne employée, qui deviendra bientôt une collègue. Lire la suite…

N°119 / Stagiaires

Dossier

Il y a des mots comme ça, ils forment la jeunesse. Ce n’est bien sûr pas tout à fait exact, puisque l’idée de l’expérience ne remplace nullement l’expérience , et qu’un mot ne remplace pas non plus ce qu’il désigne. Ceci dit, les stages forment quand même la jeunesse. Lire la suite…

N°119 / Témoignage d’une curieuse

Faire & Penser

Par Bernadette Moussy, ancienne EJE et historienne de l’éducation

La curiosité n’est pas un défaut chez l’éducateur. Au contraire, c’est elle qui sous-tend son regard, son écoute et son attention dans la relation éducative, qui constitue l’observation. D’où vient la curiosité ? Est-elle systématique comme celle des petits enfants à la découverte du monde ? Elle est le fruit de l’éducation, d’une ambiance, d’actes significatifs et de circonstances diverses qui l’ont alimentée. Chez certaines personnes, elle s’étiole par des attitudes non confiantes de l’entourage. Quelquefois du mépris annule ce désir de savoir. Lire la suite…

N°119 / Ciel !… parlerait-on de nous ?

Réagir & Ecrire

Par Véronique Desponds Theurillat, Fabienne Guinchard Hayward et Agnès Rákóczy
PEP, Partenaire Enfance & Pédagogie, à Lausanne

En écho à un article paru dans le No 116 , lequel évoque le recours aux experts et ne manque pas de questionner le réel apport de ces derniers, la Revue [petite] enfance nous a demandé d’écrire à notre tour sur « notre expertise ». Cet exercice nous invite à faire état d’un débat qui nous anime régulièrement, à savoir notre place, notre posture et notre légitimité par rapport aux équipes éducatives qui font appel à nous. Lire la suite…

N°119 / « Il faut bien lâcher quelque part… »

Dire & Lire

Le billet d’un directeur consterné .
Par Marc Gillet, directeur à Bercher

Une question cruciale nous est posée dans le cadre de la révision de la loi sur l’accueil de jour des enfants (LAJE 2006). Quelle valeur et quel sens donnons-nous, professionnels des milieux d’accueil de l’enfance, à nos qualifications et jusqu’où sommes-nous prêts à les défendre ? Lire la suite…

N°119 / Intelligence enfantine contre racisme ordinaire

Dire & Lire

En lisant Mon papa a peur des étrangers (2004), Rafik Schami, Ole Könnecke, Ed. La joie de lire

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

Avoir des petits enfants signifie parfois monter au grenier ou descendre à la cave pour retrouver des livres qui, à l’époque, avait fait le bonheur des générations d’avant. Lire la suite…

N°118 / Le normal, l’anormal, le bonheur et les autres

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

Jeanette Winterson a écrit un livre au titre magnifique : Pourquoi être heureux quand on peut être normal ?[1] Elle y parle de sa difficulté de grandir avec ses trois mères, celle qui compte et lui donne une clef, celle qui est « la vraie » et celle qui lui pourrit la vie, mais lui a donné à manger. Elle vit aussi dans trois lieux, elle dort et mange dans sa mini, elle va à l’école et grandit à la bibliothèque municipale, rayon littérature anglaise de A à Z. Penser et classer sont pour elle des impératifs de survie. Lire la suite…

N°118 / Agir dès le plus jeune âge : quelle posture professionnelle face aux discriminations ?

Dossier

Par Caroline Dayer, Université de Genève 

« J’avais un père et une mère mais ils furent incapables de me protéger de la répression, de l’exclusion, de la violence. […] J’avais un père et une mère mais aucun des deux ne put protéger mon droit à la libre autodétermination de genre et de sexualité. Lire la suite…

N°118 / « Les innocents seront punis »

Dossier

Comprendre et lutter contre les discriminations au milieu de la bonne conscience

Par Laurent Ott, formateur et chercheur en travail social, docteur en philosophie, Association Intermèdes Robinson

La question des discriminations a éclaté dans le paysage social, au début du XXIe siècle et a abouti à la création de nouveaux outils juridiques et sociaux aux niveaux national et international. Lire la suite…

N°118 / Prévenir, prédire ou proscrire les discriminations ?

Dossier

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

La discrimination pose de fait le débat autour de la justice sociale. Sommes-nous toutes, tous égaux ? Non seulement devant la loi, mais dans nos façons de percevoir les autres, d’agir avec eux et de nous appréhender nous-mêmes en y accordant une certaine valeur. Lire la suite…

N°118 / Des ayants droit selon la loi, la règle, le privilège ou le hasard ?

Dossier

Par Claudia Mühlebach, directrice à Rolle

Toute famille cherchant une place dans une structure d’accueil collective peut vous le confirmer… c’est la galère, pas assez de places, des listes d’attente sans fin, des réponses partielles, des solutions bricolées. Malgré l’instauration de la LAJE[1], les efforts de la Confédération, du Canton et des communes pour soutenir la création de nouvelles places, le problème subsiste ; les structures n’arrivent toujours et encore pas à répondre aux nombreuses demandes comme prévu dans la loi vaudoise que, pour rappel, je me permets de citer :

TITRE I CHAMP D’APPLICATION, OBJETS ET DEFINITIONS Lire la suite…

N°118 / L’internat éducatif avec école entre politique inclusive et… exclusion

Dossier

Par Michel Favez, directeur d’institution socioéducative

A l’heure où les pratiques dites « inclusives » constituent une mouvance fondamentale de l’enseignement et de l’éducation, cet article propose une réflexion personnelle à haute voix d’un directeur d’institution socioéducative du canton de Vaud ; il ne s’agit donc pas d’un texte structuré de manière académique. Il s’agit d’une part d’esquisser l’impact de ce choix pédagogique et éducatif actuel sur l’équilibre d’un internat avec école et d’autre part de commenter certains effets de cette évolution maximisant l’inclusion systématique de tous les élèves, notamment de ceux qui présentent des « troubles du comportement ». Lire la suite…

N°118 / L’injustice climatique

Faire & Penser

Réflexion à partir d’un dossier de La Revue Durable

Par Michelle Fracheboud, assistante pédagogique à Lausanne

 

La Revue Durable est une publication suisse consacrée à l’écologie. Dans leur dernier numéro, le dossier de cette revue est consacré au thème « Justice environnementale et climatique : au croisement du social et de l’écologie » (2015, N°54).

J’ai apprécié ce regard croisé qui porte à réfléchir et se distingue nettement de l’écologie « bobo » où la protection de l’environnement est trop souvent déconnectée de la réalité de vie d’une grande partie de la population. Lire la suite…

N°117 / Toujours à corps, et à cris parfois…

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

 

Aucun et aucune d’entre nous n’a pu envisager une éducation de la prime enfance sans engagement corporel. Mais de quoi et de qui parle-t-on quand on évoque ce corps au travail ? Le corps est souvent si simplement physique, si évidemment matériel, si irréductiblement singulier avec ce visage qui ne se confond avec aucun autre… Tout en demeurant si ambivalent dans sa sexuation, si imprécis dans ses limites, si compliqué dans la vie quotidienne. Lire la suite…

N°117 / Le corps de l’adulte dans un espace enfantin

Dossier

Gil Meyer et Annelyse Spack

Haute école de travail social et de la santé – EESP – Lausanne

 

« Les espaces se sont multipliés, morcelés et diversifiés. Il y en a aujourd’hui de toutes tailles et de toutes sortes, pour tous les usages et pour toutes les fonctions. Vivre, c’est passer d’un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner » (Perec, 1974, p. 14). En introduction à son essai polyphonique et facétieux, consacré à la ville comme aux pratiques qu’on peut en avoir, Perec ne songeait certainement pas aux lieux pour la petite enfance, alias, à Genève, espaces de vie enfantine[1]. Lire la suite…

N°117 / Des corps et des jeux : réflexion autour de l’incorporation du genre

Dossier

Par Dominique Golay

Haute école de travail social et de la santé –EESP– Lausanne

 

L’éducation suppose inévitablement un travail sur les corps. En effet, corps et langage sont, à la fois, des instruments et des contenus de la socialisation (Lahire, 2001) et, plus particulièrement, de l’éducation. Dans ce sens, le travail éducatif des professionnel·le·s de l’enfance comprend des actes physiques et verbaux contribuant à modeler les corps, que ce soit à travers les soins, les activités ou encore la régulation des comportements. Lire la suite…

N°117 / Face à un enfant turbulent : répondre.

Dossier

Par Marc Pittet, HETS-ies, Genève

 

Dialogue improbable dans une voiture qui roule sur une route quelque part en Californie :

 

Le flic à la retraite  : Connecté !

Le chauffeur : Quoi ?

Le flic à la retraite : C’est comme ça que je me sentais quand j’étais à l’apogée de mon travail : connecté avec absolument tout : la victime, le tueur, le lieu du crime. Avec tout ! J’avais l’impression que c’était une partie de moi. Je le ressens à nouveau !

Clint Eastwood, Créance de sang.

Lire la suite…

N°117 / Etonnant corps, Jeux de corps, Corps professionnel

Dossier

Etonnant corps

Il y a des mots comme ça, ils ne nous étonnent pas, et ce qu’ils désignent non plus tant nous croyons le connaître : ainsi en va-t-il de corps. Pourquoi Nietzsche alors, reprenant à son compte la pensée de Spinoza, prétend-il que l’étonnant c’est le corps ? Peut-être convient-il de rapidement préciser le sens que les philosophes donnent à l’étonnement. Lire la suite…

N°117 / Les étranges assemblages de la norme, de la règle et du label

Faire & Penser

Nous avions décidé de donner un espace critique au numéro sur la qualité lors de l’assemblée générale de 2014, histoire de montrer que cette revue ne se réduit pas à des décisions administratives et gestionnaires. Il en est resté trois textes avec des divergences et des contradictions, des adhésions partielles et conditionnelles articulées avec des résistances plus ou moins marquées.

Les étranges assemblages de la norme, de la règle et du label

en trois temps désynchronisés et trois opinions au moins

Par Sabine Germann, Michelle Fracheboud et Jacques Kühni Lire la suite…

N°117 / Ce livre que je ne peux pas lire

Dire & Lire

J’ai laissé mon âme au vent 

De Roxane Marie Galliez et Eric Puybaret, 2013, Ed. de la Marinière Jeunesse

Par Sophie Uhlmann, éducatrice à Nyon

De plus en plus couramment dans les crèches, nous réfléchissons au fond de livres que nous allons mettre à disposition des enfants. Un des objectifs, outre la qualité de l’ouvrage, est d’aborder des situations que l’enfant rencontre. Lire la suite…

N°116 / La liberté d’un clapier et la sécurité d’un coffre-fort

Editorial

Par Jacques Kühni, rédacteur

D’abord, nous nous sommes mis à parler assez légèrement de sécurité avec l’« incontournabilité » des poncifs sur la sécurité physique et affective des enfants. La prévention des bobos, les soins à prodiguer et la restauration de l’égo malmené par une chute ou un coup ont fait rapidement unanimité autour de la table, et l’unanimité ne fait jamais un thème très intéressant. L’unanimité ergote sur ce que tout le monde sait et tout le monde fait, en hypertrophiant des variantes insignifiantes. Lire la suite…

N°116 / L’éducation à l’ère du digicode…

Dossier

Par Cécile Borel, éducatrice à Vernier

Pour accéder à cet article merci de composer votre code lecteur et de noter que, si vous gardez cette page ouverte plus de trente secondes, vous acceptez d’être géolocalisé, qu’on lise dans vos pensées, qu’on vous filme à l’insu de votre plein gré, le tout pour protéger votre vie privée et votre pouvoir de consommation (cliquez ici pour plus de détails). Lire la suite…

N°116 / Petite plongée dans la fiction autour du roman Sauvagerie

Dossier

De J. G. Ballard, (2013), Auch, Tristram.

Par Michelle Fracheboud, assistante pédagogique à Lausanne

« Dans une société totalement saine, la folie est la seule liberté. » (Ballard, 2013, p. 70)

 

Parfois, lorsque le sujet vient sur la table, je me sens bien seule à m’inquiéter au sujet de ce « délire sécuritaire » dont nous avons décidé de parler dans ce numéro. Par exemple, au sujet des caméras de surveillance, mes interlocuteurs répètent souvent les arguments suivants : Lire la suite…

N°116 / Petite enfance et sécurité : une antinomie ? Un vœu pieux ? Un oxymore ?

Dossier

Par Karina Kühni, éducatrice à Lausanne

En toute sécurité…

La sécurité avant tout…

La sécurité à tout prix… Lire la suite…

N°116 / Puis les enfants seront casqués et les gâteaux stérilisés

Dossier

Par Claire Canellas, Sandrina Francisco, Estelle Gerber, Laurence Lacombe, Céline Nunes-Delion et Léa Viret, éducatrices à Rolle.

Sécurité est un mot important, voire envahissant, dans les métiers de la petite enfance. L’époque sécuritaire dans laquelle nous vivons se distingue par son obsession des normes et des protocoles. Les mesures dites de sécurité vont de l’aménagement des espaces où évoluent les enfants à l’alimentation, en passant par les jeux. Lire la suite…